jeudi 1 février 2018

Arménie, victime de la Sublime Porte – par Françoise BUY REBAUD

HISTOIRE

L
'Arménie - Ce petit pays de trois millions d'habitants, montagneux et de rude  climat continental, était peuplé au VII° siècle  av. J.C.de populations de langue indo européenne,  groupées autour de lac de Van , que rejoignirent des Mèdes ; son relief accidenté n'empêcha pas les ravages de Huns et des Khasars. Satrapie perse conquise ensuite par Alexandre le Grand, puis vassale de l'empire romain, (qui distingua Grande Arménie, peuplée d'Arméniens et petite Arménie ((Arméniens et autres en Cilicie);elle devint chrétienne au III siècle après J.C.et entra dans l'Empire Byzantin en 1080.

E
n 1345, l'Église arménienne se rattacha à Rome. Cette période permit le développement  culturel et artistique des Arméniens, notamment l'art de la miniature. Les Arméniens célèbrent nos fêtes, parfois à des dates différentes.

Ci-dessus le passage de la Mer Rouge, enluminure de 15°siécle.

 L'Hégire de 622 envoya les Mamelouks d'Égypte (esclaves affranchis regroupés en une vaste milice) conquérir la Cilicie  et l’Arménie, où ils se livrèrent à des massacres à l'origine d'un premier exode des habitants.
Néanmoins des révoltes permirent la formation d'un royaume sous contrôle musulman du 8° au 10°siècle, mais la chute  de Byzance  partagea le  pays entre Turcs et Perses, jusqu'à ce que la Russie reprenne  les régions d'Erevan en 1827 et Batoum en 1828 à la Perse.
Dès lors la partie encore occupée vécut sous  un plan programmé d'extermination des Arméniens par les Turcs , qui provoqua un premier exode de 1895 à 1896 .En 1917 la Russie entrée en guerre civile bolcheviks- russes blancs donna son indépendance  à l'Arménie, qui fut ainsi livrée au massacre ou à la fuite , entre 1916 et 1918 , crimes reconnus par le parlement allemand récemment, et que Recep Erdogan refuse de reconnaitre .
En 1669 Colbert ministre de Louis XIV avait autorisé des Arméniens à pratiquer le commerce à Marseille ; beaucoup de réfugiés choisirent la France « terre d'asile », la formule n'étant pas encore dévoyée. Leurs descendants seraient plus de 500 000 à ce jour, parfaitement « intégrés », bien que fidèles à leurs racines et à leur religion.


Cathédrale Saint Grégoire à Erevan, la capitale

                
Petite Arménie et Grande Arménie
Carte de la programmation du génocide


Ceux qui n'avaient pas le temps ou la force de fuir étaient abattus ou pendus.

 Entre 1915 et 1918  les  Turcs, (Ottomans de la Sublime Porte), alliés des Allemands, se livrèrent à des crimes programmés. Ceux qui n'avaient pas le temps ou la force de fuir étaient abattus ou pendus. Les groupes de paysans étaient « escortés » par des soldats.

Les groupes de paysans étaient « escortés » par des soldats. Après les  incendies et les  convois : les ruines, les charniers, les crucifiés, les pendus et les ossements. 

Après les  incendies et les  convois : les ruines, les charniers, les crucifiés, les pendus et les ossements. Ces images ne datent pas de la seconde guerre mondiale, mais de la première.

L’empire ottoman,  qui cherchait  à dominer l'Europe et avait occupé les Balkans, se trouvait  à la fin du XIX ° siècle en décomposition;  désigné comme « l'homme malade de l'Europe », formule ambigüe attribuée au tsar Nicolas 1er, car le territoire  turc ne s'inscrit pas dans l'Europe du Congrès de Vienne de 1815.

Par contre la Turquie  fut partie prenante du traité de Berlin de juillet 1878, qui s'appliqua à modifier, sous la pression de l'Anglais Disraeli et la complicité de Bismarck, le traité de San Stefano qui consacrait la défaite de la Sublime Porte en mars 1878. Une fraction des « colonies perdues » lui fut restituée.

Les Turcs n'en furent pas satisfaits et cherchèrent à s’approprier d'autres territoires. Les Arméniens formaient alors une minorité chrétienne enclavée dans les montagnes, les villages furent brûlés ; en Anatolie ils furent persécutés puis chassés. Quelle raisons poussèrent Abdul Hamid II 1876 -19O8, dernier sultan à organiser un premier massacre  entre 1894 -1896 ? La haine d'une religion autre ? Le mouvement Jeune Turc  le renversa en 1908, devint dictature en 1913, et organisa la déportation de l'élite arménienne sous Djemal Pacha, chef d'un triumvirat d'officiers.
Puis ce fut le génocide  de ce petit peuple arménien, d’avril 1915 à juillet 1916, poursuivi selon certains jusqu'à 1917, presque ignoré dans le tumulte meurtrier de la Grande Guerre. On dénombra 1.500.000  morts, plus de 50.000 orphelins, et environ 450.000 rescapés qui se regroupèrent en diaspora  en Europe. On ne peut expliquer le silence occidental à ce sujet, alors que les mêmes agissements des nazis sont encore, et à juste titre,  dénoncés et condamnés.


Parmi  les exilés, le compositeur Aram Khatchatourian, né en 1903 à Tbilissi en Géorgie, où son père, d'une ancienne famille arménienne, fonda un atelier de reliure. Puis il décida pour ses études de suivre son frère ainé  à Moscou. Professeur au Conservatoire, il mena parallèlement une carrière de  compositeur qui lui conféra une réputation mondiale. Il a valorisé  les thèmes folkloriques arméniens dans des œuvres pour orchestre. Mort à Moscou en 1978 il est enterré au Panthéon de Tbilissi. Les compositeurs arméniens ont offert à la ville de Marseille un buste de Katchatourian.



►L'Arménie actuelle, ancienne république socialiste de l'ancienne URSS,  a conclu un accord de partenariat avec l'UE en 2017, et garde précieusement les témoins de son passé et n'oublie pas son martyre.■ Source



Françoise BUY REBAUD
Présidente du Cercle HERNANI





PROPOSER UN ARTICLE

Adressez votre texte à fpi-legaulois@gmail.com

Il ne doit pas excéder une page (en Word)

Les propos ne doivent pas contrevenir aux Lois en vigueur

Vous pouvez signer de votre propre nom ou prendre un pseudonyme

CHOISISSEZ VOTRE RUBRIQUE

POLITIQUE ECONOMIE INTERNATIONAL ARMEE HUMOUR CULTURE PATRIMOINE IMMIGRATION TERRORISME COMMUNIQUÉS TRADITIONS

L’islam est la seule « religion » au monde

qui s’attaque à tous les Peuples de la Terre.

Combattez-le !... pour notre survie.