jeudi 8 février 2018

Solution de facilité – par Alain de CHARENTE

JUSTICE

L
e malaise des prisons Françaises a pris un nouveau tournant avec des agressions à répétition de surveillants. Ce qui a abouti à un mouvement de grève du personnel pénitentiaire qui souhaite mettre en avant les difficiles et dangereuses conditions de travail auxquelles les agents de cette administration sont soumis et l'insuffisance de moyens octroyés. Qu’il s'agisse d'effectifs ou de rémunérations salariales.

TOUTES LES AGRESSIONS SONT COMMISES PAR DES MUSULMANS

C
e mouvement de grève a démarré suite à plusieurs agressions violentes successives dans divers établissements et il se trouve que, sans réelle surprise, toutes ces violences ont été commises par des individus de confession musulmane qui ont perpétré leur forfait en se réclamant d’Allah le tout puissant. Ce qui sans doute, dans leur esprit constitue un alibi ou du moins une juste motivation.

Concernant le problème pénitentiaire qui ne date pas d'hier mais qui de toute évidence s'aggrave de jour en jour, tous les responsables politiques qui se sont exprimés, suite à ces événements ou lors des discours de campagne électorale, et ce, quel que soit leur parti d'appartenance, déclarent que, pour remédier au casse-tête de la surpopulation carcérale, de la violence qui s'y développe et des peines prononcées qui ne peuvent être exécutées faute de place, la solution consiste à construire de nouveaux établissements.

La seule différence entre les partisans pour cette solution de facilité (facile à prendre puisque c'est l'État qui paie) portant uniquement sur le nombre de places à pourvoir, sachant qu'elles se chiffrent par dizaines de milliers. Mais strictement aucun d'eux ne propose de commencer par désengorger les prisons avant d'envisager de les étendre.

SÉPARER LES DÉTENUS EUROPÉENS D’AVEC LES NON-EUROPÉENS

S
i l'on commençait déjà par se séparer de la vermine intra et extra Européenne qui pullule dans nos prisons et qui représente un pourcentage non négligeable, voire majoritaire des « clients » de ces établissements, il ne serait sans doute plus utile d'investir lourdement dans de nouvelles infrastructures coûteuses ou du moins d'en réduire de façon drastique leur nombre et donc d'alléger la facture de l'investissement. Sauf si la motivation non avouée est de vouloir « booster » les entreprises de bâtiment. Mais dans ce cas, autant se focaliser sur la construction de crèches, de maisons de retraite qui font elles aussi cruellement défaut.

Il suffirait d'une volonté forte qui consisterait à négocier avec les pays d'où est originaire cette engeance, négociation qui, bien sûr, ne devrait pas porter sur un aspect pécuniaire (il est hors de question de monnayer la reprise des détenus) mais en jouant sur d'autres leviers sensibles (échanges commerciaux, délivrance de visas, maintien ou suppression de l'aide déjà consentie au titre du développement, relations diplomatiques).

Nous devrions donc être en position de force pour exiger des États qui ont généré ces délinquants de par leur origine ethnique, qu'ils les récupèrent et prennent en charge leur détention chez eux. Et surtout qu'ils nous en débarrassent dès qu'une peine est prononcée à leur encontre. Et peu importe que la ligue des droits de l'homme, Bruxelles ou Balasko soient d'accord. Et peu importent les conditions de détentions en vigueur dans ces pays, même si elles devaient être un peu moins confortables que les nôtres en adoptant la philosophie. « Ce n'est pas notre problème ».

SUPPRIMER LE REGROUPEMENT FAMILIAL

E
t bien entendu, cette mesure qui s'appliquerait aux délinquants d'origine étrangère serait applicable également aux individus binationaux qui perdraient de facto la nationalité Française attribuée par erreur et dont ils seraient déchus dès la première condamnation. Suite de quoi ils seraient renvoyés manu militari sur leur terre d'origine, d'autant que c'est celle qu'ils affectionnent en priorité au vu de la couleur des drapeaux brandis lorsqu'ils s'expriment dans la rue ou dans les stades.

Mais je sais, je rêve éveillé et je fantasme sans jouissance car aucun des prétendants au pouvoir suprême n'osera s'engager dans cette voie qui serait pourtant, à mon avis, une des clés pour résoudre non seulement le manque de place dans les prisons, problème qui ne se poserait plus. Mais qui aurait aussi et surtout un rôle pédagogique, éducatif, en émettant un signal fort et audible en direction de ceux qui savent qu'aujourd'hui tout leur est possible, car assurés d'une complaisante impunité et d'un risque de sanctions peu dissuasives, et qui pourraient être amenés à rabaisser leur caquet et rentrer dans le rang. Surtout si l'on avait le cran et la bonne idée de décréter que la mesure d'éloignement définitif du territoire (aller simple) s'applique également à toute la fratrie au double motif d'être en accord avec notre généreux et humaniste principe du regroupement familial qui nous interdit de briser les liens d'une famille unie. Cette disposition inique et suicidaire responsable en grande partie de la situation dénoncée aujourd'hui, et qui fonctionnerait donc aussi dans le sens Nord/Sud, mais également au titre d'une condamnation avec pour chef d'accusation la complicité active et/ou passive d'actes délictueux commis par l'un des leurs !

►C'est une idée simple mais sans doute trop simple puisque non issue d'un cerveau formaté par l'E.N.A.■




PROPOSER UN ARTICLE

Adressez votre texte à fpi-legaulois@gmail.com

Il ne doit pas excéder une page (en Word)

Les propos ne doivent pas contrevenir aux Lois en vigueur

Vous pouvez signer de votre propre nom ou prendre un pseudonyme

CHOISISSEZ VOTRE RUBRIQUE

POLITIQUE ECONOMIE INTERNATIONAL ARMEE HUMOUR CULTURE PATRIMOINE IMMIGRATION TERRORISME COMMUNIQUÉS TRADITIONS

L’islam est la seule « religion » au monde

qui s’attaque à tous les Peuples de la Terre.

Combattez-le !... pour notre survie.