lundi 15 janvier 2018

Débaptiser le FN : bonne idée ou suicide ? par Alain de CHARENTE

POLITIQUE

M
arine Le Pen qui n'a pas réussi à l'emporter dans la lutte pour le fauteuil de l'Élysée et qui n'aura pas non plus permis à son parti d'investir massivement les bancs de l'Assemblée Nationale malgré des pronostics encourageants, s'est donc donné comme objectif de revoir de fond en comble le fonctionnement et l'organisation de ce mouvement fondé par son père en 1972. Pour ce faire, elle a engagé une consultation auprès des adhérents à jour de cotisation en leur soumettant un questionnaire destiné à collecter les doléances et les attentes de la base dans l'optique d'une refondation en profondeur de son parti.

LE POUR ET LE CONTRE

L
a présidente a également entamé un tour de France pour rencontrer les élus des fédérations régionales, les militants, les adhérents, les sympathisants et, pour avoir assisté à l'un de ces meetings, j'ai cru comprendre que pour Marine Le Pen, un changement de nom du parti serait souhaitable, voire nécessaire. Même si elle nous assure que cette éventualité ne sera retenue que si une majorité pour le OUI se dégage puisque ce point figure parmi les questions de la consultation actuellement en cours de dépouillement.

Les arguments développés pour promouvoir le OUI au changement de raison sociale seraient d'une part permettre le recrutement de nouveaux adhérents qui n'osent pas franchir le pas en raison d'une image négative, il est vrai savamment entretenue depuis des lustres par les adversaires du FN, et d'autre part faciliter les alliances avec d'autres mouvements nationalistes, souverainistes qui partagent les idées mais qui eux aussi seraient freinés dans leur ardeur par cette marque de fabrique qui ferait office de repoussoir !

Personnellement, j'estime que ces deux raisons ne tiennent pas la route et que vouloir remplacer l'appellation du parti n'est pas une bonne idée car le Front National est composé majoritairement « d'anciens » qui ont adhéré sous la présidence de Jean-Marie Le Pen, donc en toute connaissance de cause et que si ils ont  emboîté le pas à la fille du fondateur lors de la passation de pouvoir, ils pourraient à juste titre s'estimer rejetés, trahis en cas de modification du nom de baptême. En ayant le sentiment que l'on cherche à tourner une page dont il faudrait avoir honte, renier ces années de militantisme, de lutte pour la défense des idées du parti, y compris et surtout durant les années difficiles où se revendiquer FN vous estampillait immédiatement de l'étiquette infamante de « Facho », de honte pour la France.

Concernant les jeunes, si bien que partageant les idées ils ont des états d'âme pour rejoindre le mouvement au motif que le nom les chagrine, le mieux est qu'ils renoncent à pousser la porte car cela voudrait dire que leurs convictions ne sont pas suffisamment ancrées, que leur motivation n'est pas totale et que ce sont donc des recrues peu fiables qui pourraient s'avérer versatiles.

Idem pour les alliances car quel que soit le nouveau nom du parti, ceux qui pourraient accepter de faire route commune seront de toute façon montrés du doigt, cloués au pilori par les adversaires qui estimeront qu'il ne suffit pas de repeindre la devanture pour se refaire une virginité.

Marine Le Pen prend donc un énorme risque en envisageant cette modification de dénomination car il n'est pas garanti que la manœuvre soit couronnée de succès et que pour quelques ralliements gagnés, combien de désertions seront à dénombrer !

UN COUP DE POKER À DOUBLE TRANCHANT

D
'autant qu'elle semble occulter un point pourtant majeur, à savoir que si le Front National change d'appellation, le nom de Le Pen restera rédhibitoire pour beaucoup et les opposants à ce parti, les  adversaires politiques, les médias auront beau jeu de mettre en avant cet anachronisme puisque le nom du mouvement et celui hier de son créateur et aujourd'hui de sa présidente sont intimement liés et même indissociables.

Nous l'avons d'ailleurs déjà entendu de la bouche de détracteurs qui ont estimé que remplacer le père par la fille ne changeait strictement rien et que le FN restait un parti infréquentable en argumentant que les chiens ne font pas des chats et qu'en conséquence même sous une autre appellation le résultat serait le même.

Si la présidente du FN souhaite et pense voir son parti se renforcer et continuer à tenir une place importante sur l'échiquier en le débaptisant, il est impératif dans ce cas qu'elle cède la place à quelqu'un de moins « marqué » sentimentalement, ce qui veut dire que Marion Maréchal ne pourrait pas non plus reprendre le flambeau aux couleurs du parti, dans l'hypothèse bien sur  où cette idée serait en gestation !

Mais si vraiment Marine veut dépoussiérer le Front National en gommant son historique et ses quarante-cinq années d’existence, il y a peut-être une option plus simple que de lui attribuer un nouveau nom, celle qui consiste à déposer le bilan du FN et basculer chez « Debout la France » de Nicolas Dupont-Aignant ou l' « UPR » de François Asselineau qui eux aussi cherchent à renforcer leurs partis respectifs et qui proposent un programme assez voisin mais avec des enseignes moins sulfureuses.

C'est un coup de poker à double tranchant et avant de prendre cette décision lourde de sens et sans doute de conséquences, peut être devrait-elle s'inspirer de ce qui se passe chez ses adversaires.

►À commencer par se poser la question de savoir si le fait pour l'UMP d'être devenu « Les Républicains » aura amélioré l'image et les performances de ce mouvement, l'aura « boosté », ce qui au vu des divisions que l'on constate en son sein est loin d'être une certitude !■





PROPOSER UN ARTICLE

Adressez votre texte à fpi-legaulois@gmail.com

Il ne doit pas excéder une page (en Word)

Les propos ne doivent pas contrevenir aux Lois en vigueur

Vous pouvez signer de votre propre nom ou prendre un pseudonyme

CHOISISSEZ VOTRE RUBRIQUE

POLITIQUE ECONOMIE INTERNATIONAL ARMEE HUMOUR CULTURE PATRIMOINE IMMIGRATION TERRORISME COMMUNIQUÉS TRADITIONS

L’islam est la seule « religion » au monde

qui s’attaque à tous les Peuples de la Terre.

Combattez-le !... pour notre survie.